Actu France du 04-02-2014

Version radio: 

Version écrite au format PDF à télécharger: 

Singe à marinière dans Silex and the citySources :

 

Bonjour Brigitte, Bonjour à Tous et à Toutes,
Pas besoin d'être devin pour connaître votre premier sujet car l'offensive des lobbistes du gaz de schiste semble repartir de plus belle …

Effectivement, elle repart.
Tout a recommencé Mercredi 22 Janvier lorsque la Commission européenne a choisi de ne pas légiférer sur l'exploitation des gaz de schiste en Europe mais de se borner à une simple recommandation, pas obligatoire donc, de principes minimaux de prudence sanitaire et environnementale.
La Commission européenne a ainsi largement ouvert la voie à l'exploitation des gaz, huiles et pétroles de schiste en Europe
Dès le lendemain, sur Europe 1, Arnaud Montebourg a alors dit vouloir « convaincre » François Hollande « d'avancer sur la recherche » de techniques « propres » pour une « exploitation écologique » du gaz de schiste.

Propre, écologique, gaz de schiste : trouvez l'intrus …

On se demande si Mr Montebourg ne cumulerait pas les fonctions de ministre et de VRP du lobbysme pétrolier, lui qui admet que «(s)on travail, c'est de convaincre » et qui soutient que tous ceux qui sont opposés à la recherche sur ces technologies d'extraction, suivez mon regard, font preuve de« terrorisme intellectuel » ?
Et donc le lendemain, au tour de Phillippe Martin, son collègue ministre quand même, de réagir :
« Je profite de l'occasion pour dire à ceux qui, sempiternellement, reviennent à la charge pour essayer de me convaincre qu'il conviendrait d'extraire encore les hydrocarbures fossiles, enserrés dans de l'argile très dure, avec des moyens impactants pour l'environnement, que non, ça n'est pas la bonne direction. La bonne direction, c'est comme l'a dit le président de la République, tenter de réduire de 30 % notre consommation d'hydrocarbures à l'horizon de 2030. La course sans fin à l'utilisation d'énergies fossiles non renouvelables ne me paraît pas, n'est pas, la bonne solution pour notre pays. »
et puis, quelques jours plus tard, voilà que «le Canard enchaîné», dévoile que Montebourg a l'intention de publier,comme nous l'avons maintes fois supposé après les élections municipales, un rapport prônant l'exploration des hydrocarbures de schiste . Et pour contourner l'interdiction de la fracturation hydraulique, on utilisera une technique expérimentale « propre »

Ah bon : bien qu'elle soit expérimentale, on sait quand même qu'elle est propre ?

Souvenez vous du rapport des 2 larrons, les parlementaires Lenoir/Bataille de l'OPECST. Il vantait cette technique qui utilise du «fluoropropane»

Mes cours de chimie sont déjà loin (...) en 2 mots c'est quoi le fluoropropane?

En réalité, de l’heptafluoropropane également connu sous le sigle NFP pour «non flammable propane» ; c'est un cousin du propane.
Le propane est un hydrocarbure explosif qui s'enflamme au-dessus de 470 °C mais qui est miscible avec les gaz et huiles de schiste. Contrairement à lui, le fluoropropane ne serait pas inflammable.et, étant miscible comme son cousin, il pourrait être remonté en surface avec le gaz ou l'huile de schiste.

Je note que vous employez le conditionnel ..

Oui, car il n'a jamais été testé en conditions réelles
Mais bien sûr cela n'a pas empéché le très partial rapport de l'OPECST, d'affirmer que, le NFP étant non inflammable, il «supprime à 100% les risques industriels». Le seul inconvénient, selon eux, et qu'ils reconnaissent du bout des lèvres, c'est que le fluoropropane est peu disponible, donc qu'il coûte cher, ce qui pourrait rendre l’exploitation non rentable...
J'oubliais de préciser qu'il s'agit une technologie développée l'année dernière par la société américaine EcorpStim.

Des réactions à cette révélation ?

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a réagi en assurant que, pour le moment, la seule technique connue était la FH et que le gouvernement y était toujours opposé. Mais elle a ajouté aussi:
«Nous n’allons évidemment pas empêcher la recherche d’avancer sur ces sujets » Si la recherche «finit par trouver demain des méthodes d’exploitation qui ne soient pas préjudiciables à l’environnement, il faudra regarder ça de près mais aujourd’hui, ce n’est pas le cas »...

Ce n'est sans doute pas le cas aujourd'hui bien sûr,ce n'est surtout pas le moment. Par contre, après les élections, on peut supposer que ce le sera...Et notre très cher Christophe de Margerie dans tout cela ?

Il exulte ; vous pensez :La Commission européenne et Montebourg lui ouvrent une voie royale ! A la question « Montebourg-Margerie, même combat ? », il a répondu : « Dans certains cas, oui (…) Le ministre de l'industrie dit des choses que je ne trouve pas mauvaises »

Et comme le dit la pub : Montebourg ne s'arrêtera pas chez Total par hasard !
Sinon, du côté de Rhône Alpes,en revanche, une nouvelle plutôt agréable

Après avoir reçu fin 2013 les représentants de la Celtique Energie pétroleum, la société détentrice du permis des Moussières, et après avoir étudié leur dossier, le préfet de l'Ain, Laurent Touvet, a émis un avis négatif au projet de recherche d'hydrocarbures et ce en raison des risques de pollution des nappes souterraines.

Ce n'est qu'un avis, et donc, à ce titre, seulement consultatif...

Vous avez raison, il n'a pas force de loi mais on peut dire que cet avis négatif a quelque chose de positif tout de même, surtout lorsque que l'on se rappelle que le précédent préfet , Philippe Galli, ne s'était pas clairement opposé au projet. On attend à présent la décision du ministre .

Le quel : Martin ou Montebourg ?

C'est bien du ministre de l'Energie, de l'Environnement et de l'Ecologie, Philippe Martin, que dépend le dossier. Pour le moment en tous les cas ...

Pour terminer un sondage plutôt rassurant : l'IFOP a publié, le 29 Janvier, les résultats de sa dernière étude annuelle sur les français et les énergies renouvelables

C'est un sondage qui a été effectué du 2 au 6 janvier 2014 sur un échantillon représentatif de 1.004 personnes, via un questionnaire en ligne, et qui constitue le 4ème baromètre IFOP/Qualit'EnR.
Il ressort de cette étude que moins d'un quart des Français (24%) sont favorables au développement du gaz de schiste comme source d'énergie en France.
A la question : «Selon vous, pour la production de chaleur et d'électricité, faut-il encourager en France le gaz de schiste ?».
24% répondent par l'affirmative tandis que 63 % répondent « Plutôt non ou non pas du tout. »
Les 13 % restant sont sans opinion.
Ce qu'il faut donc noter c'est que , dans ce baromètre 2014, non seulement 63 % des français sont « contre » le gaz de schiste contre 24 % « pour » ,mais qu'il y a un an, dans l'étude 2013, ils étaient 35 % à y être favorables soit une perte de 11 %
Ce sont les énergies renouvelables qui ont la préférence des Français, avec 90% de soutien global et seulement 6% d'opposants à leur développement.
Vous pouvez imprimer le PDF, ou plutôt le consulter car il contient 31 pages, sur la version écrite de cette émission.

A bientôt !