Actu Internationale du 03-03-2014

Version radio: 

Version écrite au format PDF à télécharger: 

SOURCES

Enorme incendie de puits de gaz de schiste

Des tonnes de poissons morts sur des kilomètres dans la rivière Dunkard Creek

Bonjour à tous,

Le 12 Février dernier s’est tenu à Saint Montan en Ardèche, l’assemblée générale de l’association ‘Touche pas à mon schiste’ au cours de laquelle a été enregistrée une émission spéciale de notre web radio. A cette occasion, nous avons pu voir des photos de comment ça se passe réellement lorsqu’il s’agit d’entamer la construction d’un puits d’exploitation de gaz de schiste. Nous avons aussi répondu à ceux qui prétendent qu’il n’y a jamais eu d’accidents causés par cette imbécile technique.

C’est pourquoi aujourd’hui, je vais vous parler de Jason Santucci. Jason habite la ville de Dunkard, ça s’écrit D U N K A R D, et ça se trouve entre la Pennsylvanie et la Virginie, aux Etats unis. Cette charmante bourgade compte deux mille quatre cents habitants qui regardent couler la rivière locale qui s’appelle la Dunkard Creek. Le 12 février dernier, le village a résonné d’une terrible explosion et Jason Santucci a compris tout de suite ce qu’il se passait. Il est donc allé directement sur le site du puits d’exploitation de gaz de schiste qui a été construit sur sa commune en Mars 2012 par la compagnie pétrolière Chevron. Une fois sur place, Jason s’est trouvé devant une immense colonne de flammes. Après s’être occupé du transport des premiers ouvriers blessés,  après s’être occupé du transport d’un ouvrier déjà mort, Jason a fait des photos de la catastrophe. Vous pouvez voir ces photos en vous servant des liens sur le site de notre émission. Le feu a pris un mardi et les pompiers locaux n’ont rien pu faire pour l’éteindre. Il a donc continué à brûler le mercredi et le jeudi.

Les habitants n’ont pas pu dormir pendant ce temps là. Notre ami Jason, qui habite à un kilomètre et demi de puits en feu, témoigne du vacarme de l’incendie. Il décrit un ‘bruit de moteur d’avion’ que lui et les habitants ont entendu en permanence toute la semaine. Le vendredi 14 février, jour de la Saint Valentin, la puissance de feu de l’incendie était si forte qu’elle s’est transmise à un puits voisin. Face à l’effrayant développement de la catastrophe et devant leur incompétence à éteindre l’incendie, les autorités locales ont alors sommé la société Chevron de prendre les choses en mains et c’est le samedi 15 février que sont arrivés les premiers experts du traitement de ce type de catastrophe. Des experts venus de Houston, la capitale du pétrole. Pendant une semaine, la circulation dans le canton rural de Greene s’est écoulé au rythme des camions de pompage. Chevron a fait appel à la société Wild Well Control, spécialisée dans ce type d’incendie, pour dégager le site du matériel et contenir le feu. Une exercice périlleux, qui a englouti l’eau par centaines de citernes. Cette eau a été tirée de la rivière Dunkard Creek.

Il leur a fallu presque trois jours pour circonscrire les dégâts et le feu s’est éteint le lundi 17 février au soir. Après avoir spontanément explosé, le forage situé dans la ville de Dunkard identifié Lancoe LH7 et qui s’est enflammé pendant une semaine, s’est éteint. Le deuxième puits auquel il avait mis le feu a été lui aussi éteint. La population du village ainsi que notre ami Jason a assisté aux différentes phases du travail des experts. C’était pour eux le seul moyen de comprendre quelque chose à la situation puisque, pendant toute cette semaine, aucune information n’a été transmise. Chevron est restée totalement muette et n’a donné aucun détail sur la marche des choses, même en étant sollicité par les autorités locales.

Il ne vous a pas échappé que cette catastrophe n’a été évoqué dans AUCUN média français. Ni radio, ni journaux, ni télé, ni rien. Il me semble légitime de nous demander quelle est la nature du filtre qui empêche ce type d’informations d’être présentes dans nos médias. En attendant, ça permets aux clowns de la communication pétrolière ou patronale d’affirmer n’importe quoi en toute impunité.

Terminons cette chronique avec deux petites choses pour vous faire sourire.

Les camions citernes qui ont permit l’extinction des incendies à Dunkard se sont approvisionnés dans la rivière Dunkard Creek. Vous pensez ne pas connaître cette rivière, n’est-ce pas ? Détrompez-vous. Vous l’avez déjà vue. Vous l’avez déjà vu dans le film Gasland, puisque c’est celle là même que l’on voit charrier des tonnes de cadavres de poissons sur des kilomètres. Une hécatombe dans laquelle le biologiste en chef de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) avait vu la signature chimique des effluents de forage qu’un producteur de gaz de schiste avait rejeté dans un ancien puits de mine.

Puisqu’on se tue à vous dire qu’il n’y a aucun accident à l’exploitation des gaz de schiste…

Enfin, sachez qu’en rentrant chez lui, notre ami Jason Santucci a eu la bonne surprise de trouver un petit mot déposé dans sa boîte aux lettres. C’était Chevron qui tenait à s’excuser pour les nuisances de ce que la société qualifie ‘d’incident’. Avec cette lettre, était attaché, en guise de cadeau, un bon d’achat gratuit pour une pizza.

Je vous remercie de votre attention, n’hésitez pas à cliquer sur les autres rubriques de l’émission et à bientôt.