Dossier du 22-09-2013

Version radio: 

Version écrite au format PDF à télécharger: 

 

www.aldeah.org/fr/stop-forages-schiste

Une édition spéciale des dossiers de Radio Touche pas à mon schiste pour l’occupation de la plateforme pétrolière de Hess Oil à Jouarre ce dimanche 22 septembre

(Texte d'après les communications de Dindons de la Farce. Merci à eux)

Il n’est pas fréquent de voir une foreuse manifester contre les forages ! Et pourtant, les habitants de Jouarre en seine et marne ont pu découvrir ce matin cette étrange vision : la foreuse HH300 de la COFOR (filiale de Vinci), utilisée par la compagnie états-unienne HESS-Oil sur ses plateformes du bassin parisien et conçue pour forer dans les schistes était décorée d’une banderole de 12 mètres de haut  qui clamait haut et fort « STOP FORAGES » en grandes lettres noires

Depuis 06h53 ce matin, le collectif des Dindons de la farce occupe la plateforme pétrolière de la Petite Brosse à Jouarre. 30 personnes ont pénétré sur le site et 4 Dindons ont escaladé la tour de forage pour s’y enchaîner. Les gendarmes, arrivés une demi-heure plus tard sur le site, ont évacué les occupants restés au sol. Fouille au corps, relevés d’identités et convocation à se présenter à la gendarmerie de Coulommiers à 9h15.

Mais les 4 alpinistes étaient toujours sur la tour !

Les dindons sur le beffroi n’ont même pas eu froid.

En haut du mât et ils étaient prêts à donner à qui veut l’entendre une véridique conférence au sommet : sur la farce qui se déroule depuis bientôt trois ans autour des hydrocarbures de schiste, sur les dangers de la fracturation hydraulique, sur notre refus catégorique des énergies extrêmes, sur notre vision d’une véritable transition énergétique et écologique.

En fin de matinée les militants enchaînés à la plateforme ont été détachés par des grimpeurs de la gendarmerie, qui n'a déploré "aucun blessé" ni "aucun trouble à l'ordre public" lors de cette opération visant à médiatiser l'opposition aux gaz de schiste

La plateforme occupée est celle de la compagnie états-unienne HESS Oil, l’entreprise qui cette dernière année a réalisé plusieurs forages préparatoires sur des permis de recherche d’hydrocarbures officiellement déclarés comme portant sur l’huile de schiste. Il est de notoriété publique que l’huile de schiste est impossible à extraire sans recourir à une fracturation et qu’aujourd’hui seule la technique de fracturation hydraulique présente les conditions de rentabilité jugées satisfaisantes par les pétroliers.

Jeudi, un porte parole de Hess Oil reconnaissait qu’avec les forages exploratoires réalisés depuis la mi-juillet, "nous allons obtenir des informations sur des hydrocarbures que l'on ne pourra pas produire sans fracturation".

Selon l'entreprise, le forage a atteint le week-end dernier 2.918 mètres. Plusieurs centaines de mètres de carottes de roche, de 20 cm de diamètre, ont été remontées à la surface. Leur analyse devrait prendre environ six mois.

Hess, l'un des principaux acteurs américains des hydrocarbures de schiste, s'est à l'origine installé en France pour chercher ce type de pétrole. Depuis l'interdiction de la fracturation hydraulique, il ne réalise que des forages verticaux conventionnels.

Le groupe, qui possède en tout neuf permis miniers dans le bassin parisien, a déjà réalisé deux forages comparables à Chartronges (Seine-et-Marne) et à Huiron (Marne).

Pourquoi  HESS Oil avance dans ses travaux alors que la loi du 13 juillet 2011 lui interdit de passer à l’acte ?

Pourquoi cette entreprise cherche-t-elle des hydrocarbures qu’elle ne pourrait pas exploiter ?

Difficile d’imaginer qu’un industriel entreprenne ces opérations coûteuses de quelques 12 millions d’euros par forage, soit plusieurs dizaines de millions d’euros par permis, sans attendre un possible retour sur investissement.

Alors pourquoi ? Spéculation?  Ou est-ce que les dirigeants d’HESS Oil sont certains que l’interdiction sera levée comme le laisse craindre la Question Prioritaire de Constitutionnalité déposée par la compagnie texane Schuepbach qui cherche à invalider la loi du 13 juillet (je vous rappelle que la décision du Conseil Constitutionnel sera rendue début octobre) ?

Espèrent-ils, aussi, qu’à force de lobbying, un miracle ne rende les dangers de la fracturation hydraulique “socialement acceptables” jusqu’à ce que les dégâts, irréversibles, ne commencent à apparaître?

Les sites forés sont prêts pour la suite des opérations. Après en avoir terminé avec Jouarre, la foreuse HH300 de la COFOR, utilisée par HESS Oil et conçue pour forer dans les schistes, partira sur une autre plateforme, probablement celle de Fonteney-de-Bossery (Aube), site qui offre une vue plongeante sur la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine, à moins de 110 km de Paris, en bord de Seine.

Alors les Dindons de la farce ont occupé cette foreuse pour mettre en lumière la farce en cours. Pour rappeler au Président Hollande - qui déclarait qu’il n’y aurait pas d’exploration d’hydrocarbures non conventionnels en France – de tenir sa parole. Pour que la Conférence environnementale en cours ne soit pas un nouveau catalogue d’intentions. Pour exiger la fin des forages exploratoires visant le gaz et le pétrole de schiste, de houille et l’huile lourde, l’abrogation de tous les permis de recherche portant sur ces hydrocarbures, le rejet de toutes les demandes de permis en cours d’instruction, l’abandon de tous les projets similaires et un ferme engagement pour une vraie transition énergétique et écologique.

Parce que la poursuite de ces travaux est une preuve flagrante des promesses non tenues ; parce que les lobbies pétro-gaziers sont résolus à avancer dans l’exploration et l’exploitation des sources d’énergie « extrêmes » en France, dans le total mépris du refus de la population ; pour défendre notre eau et notre air, notre santé, la beauté de nos paysages, les alternatives écologiques et une vision du monde régi par d’autres rêves que le profit, les miltants, soutenus par l‘ensemble des collectifs de France rappellent leur mot d’ordre :

NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTE ET DE HOUILLE,

NI AUJOURD’HUI, NI DEMAIN, NI ICI, NI AILLEURS

 

Vous pouvez suivre l’évolution de la situation en continu sur le site :

www.aldeah.org/fr/stop-forages-schiste