Historique de la COP 29-11-15

Version radio: 

La 21ème Conférence des Parties sur les changements climatiques se tiendra à Paris, au Bourget du 30 novembre au 11 décembre 2015.Nous vous tiendrons informés chaque jour de ce qui s’y passe et que vous n’entendrez pas obligatoirement dans les médias officiels… Alors pour commencer, Brigitte, vous avez choisi de nous faire un rapide historique…

Je vais vous parler d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître… En ce temps-là, c’était en 1972, s’est tenue, pour la toute première fois, une conférence mondiale sur l’environnement : c’était à Stockholm il y a 43 ans….
Et puis… 20 ans plus tard, il y a eu la conférence des Nations unies sur l'environnement et le développement dont on se souvient mieux sous le nom de sommet de la Terre.
C’était en juin 1992 à Rio, au Brésil, où tous les participants…
C’est-à-dire …
C’est-à-dire quasiment tous les pays du monde, 178 pays ont voté à l’unanimité la
« Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement ». C’est d’ailleurs là qu’est apparu le concept de développement durable. Il y a 23 ans.
Et puis les COP ont pris le relais. Alors comme il y en a eu 20 avant celle d’aujourd’hui, ce serait un peu fastidieux de toutes les citer.
Rassurez-vous, je ne vous parlerai que de 3 conférences qui me semblent significatives
La première, bien sûr.
- C’était à Berlin en 1995. Cette 1ère Conférence des Parties signataires de la Convention Climat reconnaissait la nécessité d'un renforcement des engagements des pays développés, fixant par pays des objectifs quantifiés de réduction des émissions de gaz, des politiques et des mesures.
-Et puis…
il y a eu la 3ème COP en 1997 à Kyoto, au Japon, qui a conduit à l’élaboration d’un accord international, le protocole de Kyoto, où 38 pays industrialisés se sont engagés sur une réduction de 5,2% en moyenne, entre 2008 et 2012, de l’émission de six gaz à effet de serre ;
5,2% par rapport au niveau de 1990 !
Exact. Pour entrer en vigueur ce protocole devait être signé par plus de 50 états représentant 55 % des émissions de GES. L’Union Européenne et de nombreux autres pays ont ratifié le protocole en 2002, soit 5 ans plus tard. La Russie fin 2004, ce qui a déclenché l'entrée en vigueur du protocole en 2005. Par contre, les Etats-Unis se sont retirés du protocole depuis 2001
Une 3ème conférence caractéristique …
La COP 15 qui s’est tenue à Copenhague au Danemark en 2009 où les négociations ont été complètement bloquées au bout de la 1ère semaine et qui a accouché d’un fumeux « accord de Copenhague », un texte de 3 pages vides d’intérêt : un échec lamentable …
Et on en arrive à aujourd’hui : quel est l’objectif de la COP21 ?
Officiellement c’est d’aboutir à un accord international sur le climat pour limiter le réchauffement mondial à 2 °d’ici 2100.
Les Etats ont enregistré auprès de l'ONU leurs contributions nationales volontaires. Sauf que non seulement ces contributions ne traduisent que des intentions, pas des engagements, mais en plus lorsqu’on les analyse, ces contributions nous amènent à un réchauffement climatique de plus de 3°C.
Et ce alors que les chefs d'Etat et de gouvernement se sont donnés le mandat de tout faire d'ici à la COP21 pour rester en deçà des 2°C… Ce degré d’écart sera-t-il au centre des négociations ?
J’en doute puisque cet écart entre les au moins 3°qui risquent fort de se réaliser et les 2° souhaités ne fait pas parti du programme de cette COP 21. Ce qui est prévu c’est de faire une suite au protocole de Kyoto à partir de 2020 …
Avec contraintes en cas de non-respect ?
Là encore, je suis très sceptique sur la qualité du futur accord, sachant que peu de pays sont réellement favorables à un accord contraignant.
Ainsi, le 12 novembre dernier, John Kerry , le Secrétaire d’état des Etats Unis, affirmait dans le Financial Times que l'accord ne serait pas juridiquement contraignant, avis opposé à celui de François Hollande
Comme l’a dit Maxime Combes, économiste et membre ATTAC, « ils sont prêts à accepter un accord à Paris mais à la condition que cet accord ne leur lie pas les mains. Il est donc impossible que l'accord de Paris ressemble à autre chose que le plus petit dénominateur commun que les grandes puissances sont prêtes à accepter. »
Et c’est bien pour ces raisons que nous avons prévu d'être mobilisés jusqu'à la fin de la COP21.
C’est cela : être acteurs pas spectateurs !